Jean Samuel

JeanSamuelYoung

 

Jean Samuel, alias André Ratier, est arrêté le 18 mai 1944 dans les bureaux, Cité des fleurs, vers midi, par la Gestapo. Les Allemands font irruption dans le bureau, révolver au poing, en hurlant « Police allemande, haut les mains ». Un membre du réseau parvient à s’enfuir mais le bilan est lourd : un mort, un blessé et le service est démantelé.

Stanislav Zámečnik

2120 2Stanislav Zamenic.klimage: archiv Kz gedenkstatte

 

Stanislav Zámečník est né le 12 novembre 1922
dans la bourgade morave de Nivnice (Tchécoslovaquie).
Son père est concierge dans une école où sa mère est femme de ménage.
Après la fin de la scolarité obligatoire, il devient apprenti pâtissier.
Le 16 mars 1939, quand les troupes nazies occupent sa Moravie natale,
il fait partie des groupes de résistants à l’occupant alors qu’il a 17 ans.

 

Arrêté par la Wehrmacht fin 1939,  il est incarcéré dans plusieurs prisons, 
s’évade et tente de quitter son pays,
mais est repris et déporté par la Gestapo de Vienne (Autriche)
à Dachau où il arrive le 22 février 1941 (matricule N°23947).

Ernst Sillem

ernstJung

 

 

 

Son histoire racontée par Sydney Weith

àu Mémorial du camp de concentration de Dachau,

le 27 avril - 2018

 

 

 

 

Ferdinand Berger

Ferdinant Berger A


Né à Graz le 27/11/1917.
Prend part aux combats de la guerre civile de 1934
en tant que membre d'un groupe de jeunes socialistes.

Ce qui lui vaut d’être emprisonné par la suite.

 

Otto Adler

ottoadlerPasfoto

 

Otto Adler est né le 4 mai 1929 dans une famille juive de Cluj, au nord de la Transylvanie. C’était un enfant unique. Son père, Isidor Mihai Adler, était conducteur automobile et mécanicien avec une grande expérience pratique, il avait plus suivi des études religieuses que laïques. Sa mère, Serena (Szera) Adler née Fell, avait son baccalauréat et était très cultivée.

 

 

Alois PETER

AloisPeter

 
Est né le 4 mai 1914 dans une famille d’ouvriers de Vienne (Autriche).



Mon père a passé son enfance à Vienne avec ses trois frères et sœurs. C’était un relieur expérimenté et, dans mon souvenir, il est toujours en train de lire.
Dès tout jeune homme, il s’est engagé politiquement et après les événements de février 1934, il se mobilise encore plus en faveur des droits des travailleurs.

La même année, en raison de son engagement actif contre le fascisme croissant en Autriche, il est emprisonné à Wöllersdorf.

 

 

Jurij Piskunov

vlad y

 

Yurij Piskunov est né, comme l'un des trois enfants, le 22 décembre 1925 à Zaporozhye, en Ukraine. Son père est mort quand il avait huit ans, sa mère a dû nourrir la famille avec son travail dans un atelier de réparation de locomotives. Avant la guerre, Jurij avait pu fréquenter une école technique pendant seulement un an. Même alors sa conviction politique a commencé a grandir en lui. Bien qu'il ne soit jamais devenu membre du Parti communiste, il a toujours été un communiste engagé et est resté un à ce jour. Il s'appelle, lui-même, un «communiste dans le cœur».

 

 

 

Général André Delpech

Andre Delpech 1947

 André est né le 1er octobre 1924 à Origny-Sainte-Benoîte, dans le Nord de la France. Son père est chef de gare, sa mère institutrice.
Avec la déclaration de la guerre en 1939, le père d'André reçoit l'ordre d'évacuer la gare. Au moment de l'armistice, en juin 1940, la famille décide de rejoindre ses terres familiales dans le Sud Ouest de la France, dans le département du Lot, qui est alors en zone libre.

Stane Šinkovec

stane sinkovec
Extrait du livre sur Dachau écrit par Stane Šinkovec, édité et traduit par Anže Šinkovec.

 

Nous quittons les prisons de Begunje. C'est le 30 mai 1942, la veille du transport, 23 d'entre nous sont convoqués dans les bureaux, on nous ordonne d'empaqueter nos effets personnels que nous avions dû mettre dans des sacs spéciaux à notre arrivée à Begunje, et d'écrire l'adresse de notre famille sur les paquets.
Nous sommes autorisés à conserver seulement une brosse à dents et un savon. Au fil du temps, en se basant sur ce qu'ils peuvent garder au moment de partir, les prisonniers arrivent à savoir assez précisément ce qui va leur advenir. Donc, pour la zone de mise à mort... Pas vers la Draga, mais vers l'inconnu dans le Troisième Reich, où nous serons tués clandestinement, sans que jamais notre famille ne sache où se trouve notre dernière demeure.

 

Alfons de Taevernier

 afbeelding1

 

 

 

 

Alfons de taevernier
Reconstitution des événements postérieurs au 15 février 1944