jean samuelDiscours du CID sur l'ancienne place d'appel
Message de Jean SAMUEL

 

 

 

 

70ème anniversaire de la libération
3 mai 2015

 

Le 29 avril 1945 fut le plus beau jour de ma vie. Quand les soldats américains investirent le camp, j'ai réalisé que j'allais retrouver la liberté, que le cauchemar était terminé. Un sentiment de joie, de bonheur m'envahit.
Rassemblée sur la place d'appel, toutes nationalités confondues, une foule immense les a acclamés. Et par une sorte de magie, les drapeaux de tous les pays flottaient au vent.

gevangenen vlaggen hoodfgebouw belgische vlag bevrijders
vlaggen blauwit gevangenen vlaggen appelplaats gevangenen vlaggen
  29 April 1945  

 

Les GI qui entraient n'en croyaient pas leurs yeux devant les monceaux de cadavres et les survivants squelettiques : le choc de l'horreur. Après des douches chaudes et l'anéantissement de mes poux par le DDT, je me sentis redevenir un être vivant.
J'ai eu le bonheur d'avoir des nouvelles de la France par des soldats français.
Le 10 mai 1945 j'étais de retour à Paris et je retrouvais ma famille.
J'avais 21 ans j'ai décidé d'oublier Dachau. Je voulais vivre. La guerre m'a volé ma jeunesse.
En 1947 je me suis marié, j'ai eu 2 enfants et depuis c'est le bonheur complet.
À mon retour je n'ai pas parlé. Les gens ne comprenaient pas la déportation.
J'ai mis Dachau dans un coin de ma mémoire, en le retrouvant toutefois chaque 2 juillet, pour commémorer le convoi de la mort de Compiègne à Dachau et ses centaines de victimes.
À la retraite, je me suis rapproché de l'Amicale française et du Comité International de Dachau. La souffrance oubliée, je parle sereinement de cette époque comme un témoin de l'innommable. Notre devoir de mémoire nous est apparu. Nous avons réussi : tous ici présents vous en êtes la preuve.
Aujourd'hui, moi l'ancien, je m'exprime pour la première fois sur l'Appelplatz et j'associe à cet honneur mes camarades de la Résistance et de la Déportation auxquels des liens privilégiés m'unissent.
Merci à vous tous. Mais je renouvelle ma profonde reconnaissance au peuple américain.