IMG 8623Champ de tir d'Hebertshausen

En 2014, ce mémorial a été aménagé
en hommage aux 4000 prisonniers de guerre
soviétiques qui y ont été assassinés de 1941 à 1942.

 Champ de tir dHebertshausen

MAX manheimerMax Mannheimer – ancien champ de tir SS d'Hebertshausen, le 2/5/2014.

"L'attaque allemande contre l'Union soviétique du 22 juin 1941 est le début de l'étape la plus sanglante de la deuxième guerre mondiale et est pour ainsi dire concomitante à l'assassinat massif et systématique des Juifs.

Dès les premiers mois de la guerre germano-soviétique plus de deux millions de prisonniers de guerre soviétiques mourraient de faim dans les camps de la Wehrmacht. Un million de personnes ont péri au cours du blocus et de la famine de Leningrad qui a duré 900 jours. Des centaines de villages ont été anéantis en Belarus soi-disant suspectés d'être des partisans. Rien qu'au cours des premiers mois de la guerre, des centaines de milliers de Juifs soviétiques furent abattus par les Kommandos meurtriers des groupes d'intervention (Einsatzgruppen).

Malgré l'ampleur et l'immensité de ces crimes, la guerre d'anéantissement contre l'Union soviétique ne joue qu'un rôle secondaire dans la politique du souvenir de la République fédérale allemande. On peut aussi le constater en observant quelle a été l'attitude face à l'ancien « champ de tir d'Hebertshausen ».

De 1941 à 1942, plus de 4000 prisonniers de guerre soviétiques furent assassinés par des SS de Dachau. Toutefois, après la Libération, l'anticommunisme de la « guerre froide » a conditionné le climat politique dans la République fédérale nouvellement créée. Et le souvenir des crimes allemands et l'assassinat des prisonniers de guerre soviétiques a par contre été totalement refoulé.

La mémoire des victimes abattues sur le « champ de tir d'Hebertshausen » a été entretenue presqu'exclusivement par les survivants allemands du camp de concentration, parmi lesquels on comptait de nombreux communistes qui s'étaient opposés à la dictature nazie. C'est aussi l'amicale allemande de Dachau qui a érigé en 1964 le premier monument en ce lieu."

 

IMG 8568

Mai 2014

 

"Je remercie ici tout particulièrement la directrice du mémorial, Madame Hammermann et ses collaboratrices et collaborateurs qui ont mis sur pied une exposition remarquable pour ce lieu de mémoire. En effet, grâce à cette exposition, à l'avenir, les visiteurs seront informés de façon parlante et exacte sur le plan scientifique du contexte historique dans lequel ont eu lieu ces assassinats sur le « champ de tir d'Hebertshausen »."

 

L'atroce histoire du témoin Josef Thora

 "« Les camions avec les prisonniers de guerre russes s'engagèrent en marche arrière dans l'un des couloirs de tir. Les prisonniers de guerre durent sauter des camions et se mettre en rangs par 5 dans le couloir. L'ordre fut ensuite donné que tous les prisonniers de guerre devaient se déshabiller et se mettre tout nu. Quelques soldats SS étaient postés sur les talus, les mitraillettes prêtes à tirer. À partir du moment où ils durent enlever leurs vêtements, les prisonniers de guerre russes comprirent ce qui allait leur arriver. Leur réaction fut très diverse. Certains exécutèrent l'ordre sans mot dire et étaient comme paralysés, d'autres regimbèrent, se mirent à pleurer et à crier, et surtout en appelèrent à moi l'interprète. Je devais dire en allemand aux SS qu'ils étaient des adversaires du bolchévisme, qu'ils étaient membres de l'église russe. Pour le prouver, ils me montraient la croix russe qu'ils portaient sur leur poitrine. Comme je ne pouvais naturellement rien faire, je me suis éloigné dans un autre coin du stand de tir. Peu de temps après, l'exécution des prisonniers de guerre a commencé.

 

SS Shootingrange

 

Un groupe de 5 SS saisissait la main d'un prisonnier de guerre et l'emmenait au pas de course de ce couloir de tir dans un autre pour l'attacher à un poteau de bois d'un mètre de haut se trouvant en amont du couloir de tir. Il y a visiblement eu des dispositifs spécifiques car cela s'est passé très rapidement. Les SS se sont alors éloignés et, d'après ce que je sais, un groupe d'une vingtaine de SS se sont placés à une distance d'environ 15 mètres. À un signal donné, chacun de ces SS a tiré un coup de feu. La plupart des 5 prisonniers se sont immédiatement, mais lentement, effondrés au sol. Si l'un d'eux était encore debout, le chef du Kommando courrait à l'avant et tirait un coup dans la nuque du prisonnier. Le Kommando d'exécution se mettait ensuite de côté, un autre groupe de SS allait vers les prisonniers exécutés pour les charger sur un chariot. Puis on sortait les corps du couloir de tir et les jetait sur un tas. "

Déposition du témoin Josef Thora lors de son audition devant le tribunal de grande instance de Nuremberg en 1950

 

IMG 8576

 

 

"Les critères sur lesquels la Wehrmacht et les SS se sont entendus pour faire assassiner les prisonniers de guerre soviétiques à Dachau et dans d'autres camps de concentration reflètent les idées préconçues de l'adversaire des nazis marquées par l'antisoviétisme et l'antisémitisme : c'est ainsi que les victimes assassinées étaient principalement des fonctionnaires communistes, des intellectuels et des Juifs.

Toutefois, les assassins nazis ne voulaient pas seulement tuer les prisonniers de guerre soviétiques. Ils avaient encore plus à cœur d'éliminer aussi leurs noms afin d'effacer à tout jamais tout souvenir de ces victimes individuelles ; les prisonniers de guerre furent réduits en cendre et leurs cendres furent enterrées de façon anonyme près du crématoire du camp de concentration,

Il convient donc de souligner tout particulièrement la prestation des chercheurs qui, missionnés par le mémorial de Dachau, ont réussi à retrouver jusqu'à aujourd'hui le nom de 900 victimes et de les arracher à l'oubli. Je trouve qu'il est important que l'exposition présente aussi quelques biographies de prisonniers de guerre. Car ce n'est qu'ainsi que les visiteurs du « champ de tir d'Hebertshausen » peuvent se faire une idée de la vie de ces êtres humains et de les considérer comme des personnalités.

Je lance en même temps un appel aux diverses archives en Allemagne, en Belarus, en Ukraine et en Russie pour qu'elles soutiennent les efforts du mémorial et pour que les noms qui manquent encore puissent être identifiés."

 

IMG 8613

IMG 8620

 

"En 2009, lors d'une rencontre avec les Présidents des comités internationaux de survivants à Berlin, bous avions formulé dans notre « testament » que les anciens camps étaient des « témoins de pierre » : « Ce sont les théâtres de crimes, des cimetières internationaux, des musées, et des lieux d'apprentissage de l'histoire. Ce sont des preuves contre le négationnisme et la banalisation ; ils doivent être préservés à jamais »

Le « champ de tir d'Hebertshausen » est un tel témoin. C'est la raison pour laquelle j'espère, et je voudrais ainsi terminer, que ce lieu de mémoire maintenant aménagé contribue à ce que le souvenir des nombreuses victimes soviétiques de la deuxième guerre mondiale occupe une place plus importante dans la conscience de l'opinion publique."

 

IMG 8624