immax8431soft

 

Mon cher Max,


Je voudrais apporter les condoléances attristées et le salut international de tous tes amis des associations de déportés et de leurs familles regroupés au sein du Comité International de Dachau dont tu étais un des deux vice-présidents, toujours présent et vigilant pour la reconnaissance de toutes les victimes de ce camp de concentration.
Nous savons en effet ce que nous te devons, et saluons ton engagement pour la préservation de la mémoire du camp de Dachau, au sein de plusieurs organismes, l’amicale allemande de Dachau, le Centre d’études Max Mannheimer de la Maison des jeunes de Dachau, et notamment le Comité International de Dachau (CID).
Tu as en particulier été un des artisans, avec mes prédécesseurs, du rassemblement des déportés contre l’oubli. Et le travail commun entre l’association des représentants de la déportation et les institutions bavaroises, dans un cadre légal spécifique, est, sans aucun doute, un succès. Nous t’en sommes tous très reconnaissants.
Au-delà de tes activités multiples et de haut niveau, de tes dons artistiques et littéraires, de ta connaissance de nombreuses langues étrangères, de ton humour constant pour surmonter les problèmes, avec toujours une petite blague, je garderai de toi le souvenir d’un homme droit, volontaire, ouvert et rassembleur. Je n’oublierai pas la confiance que tu m’as témoignée. Elle a un poids particulier car mon père, né comme toi en 1920, est un ancien résistant français déporté à Dachau.
Le nombre et la diversité des personnes venues te saluer une dernière fois aujourd’hui, de toutes nationalités, de toutes religions, de toutes convictions témoigne de ton rayonnement. Cette diversité illustre celle des victimes du camp de Dachau, unies dans leurs souffrances infligées pour des raisons politiques, religieuses, raciales et d’opposition au régime nazi.
Tu nous as montré la direction pour continuer à fédérer ce lien et préserver la mémoire, dans la camaraderie et sans exclusive, aux côtés des autorités du Mémorial et de la Fondation.
Merci pour ton exemple, Adieu Max.

Jean-Michel Thomas President du Commité International de Dachau

 

 

Même si nous nous attendions à son départ, il est toujours triste de perdre un ami.

D’autant plus qu’avec sa disparition, c’est une grande figure de la déportation qui nous quitte tout en laissant heureusement une empreinte indélébile.

A titre personnel, c’est un ami de mon père qui disparait. Vivant, je pouvais encore parler avec lui de ce qu’ils avaient fait ensemble afin que leur expérience concentrationnaire ne soit pas oubliée et serve à défendre les valeurs qu’ils ont toujours défendues.

J’adresse toutes mes condoléances à ses amis et bien sur à sa famille.

Avec toute mon amitié

Joëlle Delpech-Boursier

 

 

metvuistJe viens d’apprendre avec beaucoup de tristesse de la perte de Max Mannheimer, une grande personnalité d’Europe. Il était parmi les derniers survivants de la première génération de survivants du camp de Dachau. Il nous a laissé des leçons esentielles de vie et a mis son âme dans les constructions pour la mémoire de l’Holocauste. Il va rester pour toujours dans la mémoire commune de l’humanité. Je vous prie d’ajouter mes condoléances auprès de la famille endeuillée. Zikhrono livrakha.

Serena Adler

 

Nous sommes bouleversés d'apprendre le décès de cette grande figure de la déportation engagée dans l'éducation des jeunes et le travail de mémoire

nous nous inclinons devant lui avec respect

merci de témoigner de notre tristesse et de nos condoléances auprès de tous les siens

Michel Lautissier