AMICALE NATIONALE DES ANCIENS PRISONNIERS POLITIQUES ET AYANT DROIT DE DACHAU ET DE SES COMMANDOS EXTERIEURS a.s.b.l.

 

Compte rendu des activités durant l’année 2018 de l’Amicale belge de Dachau.

En 2017 la télévision flamande a présenté une série documentaire concernant les enfants de la collaboration. Cette série a donné lieu à une sérieuse critique de la part des enfants de la résistance et des enfants de la patrie (orphelins de guerre).

Alfons de Taevernier

 detaevernier1939small

lire l'histoire

interview avec Roger de Tavernier, Alfons fils

interview

 
 
 
 
 
 
 
 



Activités de l'Amicale 2012

 AMICALE NATIONALE DES ANCIENS PRISONNIERS POLITIQUES & AYANTS DROIT DE DACHAU ET DES COMMANDOS EXTERIEURS

turnhoucutDepuis sa création l'Amicale Belge nationale regroupait 9 Amicales régionales. Il y avait une amicale par province. Le nombre de membres diminuant d'année en année, les amicales régionales n'avaient plus ni les moyens ni les hommes pour continuer leurs activités. Actuellement, l'Amicale des deux Flandres est la seule amicale régionale encore active. Elle regroupe les provinces de la Flandre occidentale et orientale.
Les membres des autres amicales se sont regroupés au sein de l'Amicale Belge.

En dépit d'un effectif réduit, mais grâce à l'engagement personnel de son président, l'Amicale belge
est présente aux cérémonies nationales de commémoration les plus importantes, organisées par le Palais, le Parlement, La Défense nationale. Les Amicales des Camps.. (p.ex. Breendonk, Gent, Caserne Dossin, Te Deum, Meensel-Kiezegem...)
et et aux réunions de la Fraternelle des camps, le Groupe Mémoire ,les Enfants de la Patrie, l'Amicale de Prisonniers NN...

En 2012 notre président a collaboré à des ouvrages qui seront publiés au cours de 2013.
Les premiers livres concernent les derniers témoins, les suivants traitent les problèmes et les soucis des orphelins de guerre, un groupe de victimes souvent oublié. A cet effet il a donné une conférence dans un centre pénitencier (Turnhout) et dans des écoles importantes de la partie flamande du pays (Turnhout)

turnhout

Il a assisté à la présentation du livre "De oorlogswouten" (les flics de guerre) qui raconte l'histoire du corps de police de Deurne (près d'Anvers) qui a refusé de participer à la persécution des juifs. 43 agents ont été arrêtés, 8 seulement ont survécu aux camps.

Notre président participe en plus à des journées d'étude organisées par le CEGES (Centre d'Etudes et de Documentation Guerre et Sociétés contemporaines) concernant la collaboration et la presse clandestine.

L'année passée le président est entré en possession d'un carnet de notes dans lequel le comte Thierry de Renesse a marqué les noms des Belges morts à Dachau. Ce carnet sera remis au musée de la Gedenkstätte Dachau lors de la première réunion générale du CID (2013).

Certains membres de l'Amicale belge (orphelins de guerre) dont le père est décédé à Dachau ont effectué des recherches très poussées en ce qui concerne les activités de leur père dans la Résistance et leur sort dans les camps de concentration. Ces récits seront (après l'accord des auteurs) publiés sur le site du CID. L'Histoire du père de Roger de Taevernier peut déjà être consultée.

Dès maintenant nous donnons toute notre aide à Moussia Haulot pour que la commémoration d'Arthur Haulot prévue pour le 11/2013 connaisse un énorme succès!!!

Amicale belge des Anciens Prisonniers Politiques et Ayants-droit

De Dachau et de ses Commandos Exterieurs

 

Historique

Fondée clandestinementà Dachau sous le nom " Commandement Comité National Belge" et sortie de l'illégalité le 29 avril 1945 à 17 heures 50.
Edition du bulletin "L'Union Belge" dont 17 numéro's parurent dans le camp.
Premier congress à Bruxelles en octobre1945.
Amicalement constituée en ASBL (Moniteur du 11/10/1947 numéro 2147)
Président : Arthur Haulot
Secretaire Général : Georges Valéry Walraeve

scanintrolagergemeinshaft

Objectifs

Grouper les Anciens P.P de Dachau et de ses commandos extérieurs.
Défense des droits moraux et matériels, lesquels droits sont compris dans le sens le plus large que peut comporter cette expression.
Perpétuer le souvenir des sacrifices, consentis par les meilleurs fils et filles du Pays. Action totale pour la défense de la Paix et contre le retour des horreurs des camps de concentration.

Effectifs à la Libération

930 survivants pour Dachau (les belges se trouvant en ce moment dans les commandos extérieurs non compris).

Urnes

Pour honorer la mémoire de ses martyrs, l'Amicale a considéré comme son devoir sacré le depot solennel d'urnes contenant des cendres anonymes prélevées au crématoire du camp ou des ossements provenant des fosses communes de la colline du Leitenberg. Celles-ci ont été remises officiellement depuis 1950 dans les villes suivantes de la Belgique :

1950 au Mémorial National de Breendonk
1953 à Antwerpen
1954 à Charleroi
1955 à Gent
1956 à Namur
1957 à Liège
1958 à Bruxelles
1959 à Mons
1960 à Heist aan Zee
1968 à Hodeige
1969 à Tournai à Henri-Chapelle et à Leuven (Mausolée de Buchenwald)
1970 au Tir National par la Fraternelle des camps et prisons Nazis),à Halle, à Menen et Eeklo
1971 à Mechelen (Monument du P.P.) et à Dinant
1972 à Brugge
1973 à à Malmédy
1974 à Mariembourg
1975 à Grâce-Hollogne et à la Maison de la Résistance (Bruxelles)
1976 à Waterloo
1979 à Antwerpen
1981 à Visé et à Sambreville
1983 à la ville de Soheit Tinlo (terre du Crématoire)

Drapeau national original

Confecionné au camp-même par Pierre Festers et Jacques Falaise, avec le tissu volé dans les reserves SS, le triangle rouge et la lettre B sont entourés par du gallon argenté provenant d'uniformes SS. Sur le dos on reconnaît l'étoile du Congo belge.
Ce drapeau flotta fièrement sur la place d'appel du camp le prmier mai 1945.
L'Amicale belge a transmis ce drapeau au Musée de la Gedenkstätte.

Plaques commemoratives

Apposée par notre Amicale en 1955, sur le mur intérieur du Crématoire, portant le texte suivant : "Toi qui viens dans ce lieu de souffrances, receuille-toi et songe à ceux des nôtres qui sont tombés ici, pour la paix et la Belgique".
En 2012 une plaque a été mise au mur des Fosses Communes du Leitenberg.

Proces des bourreaux en 1945 à Dachau

L'Amicale belge de Dachau en la personne de son Président et de son Secrétaire Général, témoins principaux de l'accusation, a été citée sur ordre du Gouvernement Américain (War crimes Trial) pour témoigner contre les boureaux SS et aider à ce que justice soit rendue.

 

Comité International de Dachau (C.I.D.)

L'Amicale belge de Dachau est à la base de la reconduction en novembre 1955 du Comité International de Dachau et en est le fondement (siege social à Bruxelles – ASBL Moniteur nr 3987).prikkeldraadScan 3

Serment des Anciens
Prononcé le 29 mai 1955 devant les Fosses Communes du Leitenberg

"Dix ans après sa Libération"

Réunis à Dachau, au lieu meme ou des centaines de milliers de concentrationnaires de tous pays connurent la souffrance et mêlèrent leur sang. Unissant dans notre pensée leur martyre à celui de tous qui tombèrent en defendant leur patrie contre l'oppression.

Nous jurons

- de garder vivant le souvenir des victimes de la barberie nazie
- de lutter pour empêcher le retour des camps de la mort et l'emploinde tout autre
moyen d'extermination massive
de nous oppose à ce que les bourreaux, leurs chefs et leurs maîtres retrouvent leurs armes pour attaquer et asservir les peuples
de rester fidèles à l'union et à la camaraderie nées dans la souffrance et dans le combat, de nous consacrer au rapprochement des peuples dans la paix en vue d'assurer leur sécurité, leur independence et la liberté.


 

Activités de l’Amicale Belge en 2013

Depuis sa creation l'Amicale Belge Nationale comptait 9 Amicales regionals c.a.d. une Amicale par province. Le nombre de membres diminuant d'année en année, les Amicales regionales n'avaient plus ni les moyens ni les hommes pour continuer leurs activités.
Actuellement il n'yen a plus étant donné que l'Amicale des deux Flandres a cessé ses activités.
Tous les membres des autres Amicales se sont maintenant regroupés au sein de l'Amicale Nationale.

En dépit d'un effectif réduit (mais qui augmente légèrement grâce au website du C.I.D.)
l'engagement de notre Président Roger reste important.

Il continue à représenter l'Amicale aux ceremonies nationales de commémoration importantes, organisées par le Palais Royal, le Parlement, le Sénat, la Défense Nationale, les Amicales des Camps (Mémorial de Breendonk – TIR National – Caserne Dossin – Meensel Kiezegem – Te Deum...)

Il continue de participer à des journées d'étude organises par le Ceges (Centre d'Etudes et de Documentation Guerre et Sociétés contemporaines)

Il continue à faire des recherches très poussées en ce qui concerne les activités de son père dans la Résistance et son sort dans les prisons et camps Nazis.
Ce récit – complet avec nombre de photo's et dessins – sera bientôt visible sur le site du C.I.D.

Il continue à donner des conférences dans des écoles importantes de la Flandre . Les élèves visitent d'abord la Caserne Dossin à Mechelen (Holocaust) et ensuite le Mémorial de Breendonk. Ainsi ils ont un aperçu exact de ce qui s'est passé. Après la conférence il y a du temps pour une séance de Q/R, qui est souvent d'un niveau excellent.

Le Groupe Mémoire (crée par Arthur Haulot , dont l'Amicale (représenté par Roger de taevernier) est membre, en collaboration avec la Fondation Auschwitz se sont réunis avec des collaborateurs du Ministre-Président de la Région Bruxelles afin d'activer la procedure de classement des caves des appartements situés avenue Louise à Bruxelles.
Les immeubles des nr 453, 347 et 510 d'une des plus belles artères de Bruxelles, l'avenue Louise, ont été réquisitionnés par la Gestapo durant la guerre.

scanactiviteit2013Aklein

 cliquez sur la photo pour l’agrandir


Devenus de véritables centres de torture, les murs de leurs caves sont encore couverts d'inscriptions et de croquis retraçants le désespoir et les dernieres volontés des détenus. Or, jusqu'à present, aucun de ses lieux n'a reçu la moindre reconnaissance.
Actuellement la Région de Bruxelles a confirmé qu'un premier pas a été franchi au cours d'une rencontre avec les co-proprietaires du 453.
La question qui se pose est, en premier , de pouvoir entrer dans les caves et de recenser celles sur les murs desquelles figurent des annotations datant de l'occupation nazie
Le Cabinet du Ministre-Président prévoit un délai de 6 mois à 2 ans pour realiser, dans les meilleures conditions possibles , l'ensemble du projet de classement et ceci en collaboration avec l'Institut du Patrimoine Artistique

scanactiviteit2013Aklein

 cliquez sur la photo pour l’agrandir

 

Dachau : 1933 – 1945

 

Camp de Concentration Nazi
Ort des Terrors
Lieu de mémoire

Prisoners barracks dachau publicdomain klein

 

 

 

Pourqoi ?

 

 

 

 

 

Durant la période où le régime nazi dominait en Allemagne et sur l’Europe, les camps de concentration et ceux d’extermination ont été nombreux, répartis sur l’ensemble du Reich et des territoires occupés. Organisés sur un modèle, ils mettaient en oeuvre deus objectifs distincts: la répression de toutes les oppositions ainsi que l’élimination des Juifs et des Tziganes.

Le devoir de vigilance, qui doit nécessairement accompagner de Devoir de Mémoire, nous impose le souvenir de ces deux atrocités.

Parallèlement à l’extermination pour raisons ethniques dans les camps ‘d’extermination, la politique du Führer a consisté à éradiquer les différentes formes d’hostilité à son regime par l’organisation et la mise en oeuvre d’une vaste structure de repression dans les camps deconcentration. Le décret de décembre 1941 a ordonné la deportation et la disparition, dans le secret absolu, de tous les ennemis ou oppasants au Reich dans le cadre des dispositions dites

“Nacht und Nebel” (Nuit et Brouillard). Il a été un element fort de cette repression contre toute velléité de résistance ou d’opposition de la population allemande et des pays occupés.

Ces camps de la mort lente et progammée ont regroupé des millions de détenus qui furent executes, éliminés, tortures, exploités, affamés, déshumanisés. Les dirigeants de ces camps ont mis en place une organisation dont la finalité était la destruction de toute identité, l’épuisement, la mort par le travail et la dénutration calculée. La survie des détenus se faisait au jour le jour, dans la peur et l’angoisse, face aux brutalités des gardiens et de leur pouvoir de vie ou de mort immediate.

Dachau est incontestablement le symbole des crimes contre l’Humanité commis dans les camps de concentration. Ses spécificités en font le lieu mondial de la Mémoire de la Déportation des Résistants au nazisme dans l’Eorope entière.

 

 

 

 

Dachau : un symbole

 

 

 

 

Plusieurs spécificités distinguent Dachau, symbole des crimes contre l’Humanité, de l’univers concentrationnaire :

 

La durée :

Dachau fut le premier camp de concentration d’Etat du Reich. Le 21/3/1933 HeinrichHimmler (Reichsführer SS) publia sur l’ordre direct de Adolf Hitler (Führer) un communiqué de presse qui annonce l’ouverture d’un camp modèle à Dachau. Le 22/3/1933, les premiers prisonniers, de nationalité allemande, au nombre d’une soixantaine, commençaient leur captivité au camp, un mois seulement après l’élection d’ Hitler à la tête de gouvernement allemand (avec 53 % des voix du peuple allemand)

Dachau fut l’avant dernier camp libéré, le 29/4/1945, jour de la mort d’Hitler, par les Américains.

 

Le camp “modèle”:

Dachau devint la reference, le modèle, l’école du crime SS, formant à “ die Schule derGewalt” (l’Ecole de la Violence) les futurs cadres et gardiens ( Aumeier – Baer – Fritzsch – Höss – Hofmann - Koegel – Loritz – Trenkle - Weiss …). Il servit de prototype pour les 1650 camps de concentration et d’extermination ultérieurs (infrastructure, organisation, fonctionnement, formation, etc..) (“Modells Dachau” par Theodor Eicke – Inspekteur der Konzentrationslager)

 

Les expérimentations :

Dachau fut le camp d’expérimentations des méthodes d’extermination sur les enfants déficients, malades mentaux, grabatoires (Aktion T4), dont les “médecins” furent mutés par la suite dans les camps d’extermination des Juifs et des Tziganes.

Dachau n’échappa pas à la conduite d’expériences pseudo-médicales dans les domaines suivants : injections de la malaria et de la tuberculos, hypoxie d’altitude..

Le Dr Rascher, médecin de la Luftwaffe, protégé de Himmler, pratiqua des experiences sur les effets de l’hypothermie par bains d’eau glacée: 200 détenus furent l’objet de ces expériences, 80 en moururent. Des essais tentant de rendre potable l’eau de mer furent très mal supportés par les victimes, qui souffraient d’une soif inextinguible.

La détentation de multiples opposants :

Dachau fut d’abord un camp destine à incarcérer les opposants allemands au regime nazi (hommes politiques, intellectuels, militaires…) puis rassembla des représentants de l’Europe et du monde, de 38 nationalités différentes.

Dachau a acceuilli plus de 200000 détenus venus de toute l’Europe, dont 84738 après le 20 juin 1944 ; au moins 41500 d’entre eux moururent au camp et 160000 autres furent marquees à vie par les tortures, le travail force et l’avilissement.

Dachau, initalement conçu pour une capacité de 5000 détenus, affichait une population permanente de 35000 détenus, au prix d’une degradation extrême des conditions de vie.

Les prisonniers couchaient tête bêche sur des châlits aux paillasses de 80 cm de large. La nourriture fut réduite à des rations de famine .

Dachau, camp central, comptabilisait 35000 détenus “permanents”. Outre ces prisonniers figuraient dans la comtabilité quelque 40000 déportés répartis en 183 Kommandos extérieurs (Allach – Augsburg - Kaufering - Mühldorf - Überlingen…) Le réseau de ces sous-camps, les uns permanents , les autres temporaires, était dédié à des tâches précises telles la construction d’aérodromes, le déblaiement de Munich suite aux bombardements intenses par les Alliés, constructions d’usines d’armement souterraine, construction de bunkers, réparations d’avions de chasse…

Dachau compta un grand nombre de prêtres catholiques allemands et étrangers, détenus en raison de leur hostilité au nazisme (Pfarrerblock) . 2771 religieux furent comptabilisés à Dachau, 700 y moururent, 300 disparurent.

 

 

 


 

 

La triste célébrité des horreurs :

Dachau fut le lieu de pendaisons, d’assassinats des détenus inaptes au travail, d’exécution systématiques, dont celle de plus de 4000 prisonniers de guerre soviétiques à Hebertshausen, etc…

Dachau enferma 583 homosexuels et nombre d’entre eux furent émasculés.

Dachau était équipé de quatre fours crématoires . Les corps y étaient brûles de jour comme de nuit . Quand la mortalité dépassait les capacités des fours, notamment durant l’épidémie de typhus, les corps des détenus étaient jetés ou entassés pêle-mêle dans d’immenses fosses avoisinantes, comme celle de Leitenberg avec plus de 7700 cadavres.

Une chambre à gaz fut installée dans le camp mais ne fut jamais mise en fonctionnement (point de discussion, de doute).

Dachau connut une épidémie de typhus en décembre 1944, transformant le camp en enfer, faute de mesures d’isolement. Une hétacombe s’en suivit. Décembre 44 : 1915 décès. Janvier 45 : 2888 . Février ; 3977 . Mars 45 : 3668 ; Avril 45 : 2625 .

Ce qui se passait dans ce block 30 (le Block Typhus) défie toute description. Les SS avaient décidé de laisser mourir les habitants de “mort naturelle”. On leur donnait une soupe encore moins épaisse, leurs manteaux et chandails leurs furent enlevés et meme leurs couvertures. Ils étaient couches à cinq dans deux lits accotés. En décembre un SS trouvait l’atmosphère irrespirable et fit enlever les fenêtres, ce qui provoqua chez ces malheureux des bronchitis, des pleurésies, des broncho-pneumonies . En définitive, écrit Mgr Neuhauser, ce qui s’est déroulé à partit du fin 1944 à Dachau constitua une des plus effroyables tragedies de l’histoire de tous les camps de concentration “

Dachau compta entre le 22/3/1933 et le 29/4/1945 32000 décès. Plus de 200000 hommes et femmes ont passé par Dachau

 

 


 

 

 

Les SS :

La “garde “ militaire pour l’ensemble du camp, y compris les ateliers, les casernes et l’administration directe des détenus, représentait 3608 SS. Ce chiffre précis figurait dans le carnet de dernier commandant du camp, six jour savant la liberation .

La liberation :

Dachau fut libéré le 29/4/1945 . Il est 17h15 quand trois jeeps de la 7e Armée US entrent dans le camp . Les libérateurs sont acclamés . Mais ils côtoient des monceaux de cadavres .

Ils découvrent le “Todeszug”( train de la mort) venant de Buchenwald dont les images sont connus par le monde entier .

Découvrant l’horreur des camps, le general Eisenhower, commandant en chef des armées allies, déclara à ses troupes : “Maintenant vous savez pourquoi vous vous avez battu “ .

 

L’armée américaine libérait ce jour-là plus de 30000 détenus du camp principal et plus de

37000 détenus des Sonderkommandos

 

Les témoignages :

Dachau fut le camp où, afin de conserver des preuves et de témoigner de la réalité des souffrances infligées, les détenus se regroupèrent et s’organisèrent avant meme leur liberation dans le Comité International des Détenus, devenu par la suite Comité International de Dachau (CID)

Dachau fut filmé dès sa libération avec des moyens cinématographiques qui authentifient l’horreur découverte. Posséder des témoignages aussi importantes d’une période historique, aussi sombre soit-elle, constitue aujourd’hui un atout pour l’action memorielle .

Dachau , parallèlement au Nürenberg pour les hauts resonsables Nazis, est la ville, où furent jugés et condamnés en 489 procès les responsables des camps de concentration “pour avoir, dans la poursuite d’un but collectif, perpétré les actes criminels suivants : atrocités, sévices corporels y compris homicide, bastonnades, tortures, mort par affamation, actes de violence et humilations”

Dachau et ses horreurs fut décrit dans de nombreux livres :

Zamecnik Stanislav “C’était ça Dachau”

À obtenir chez Roger de Taevernier – Lichtaartseweg 202 – 2200 Herentals

Diese E-Mail-Adresse ist vor Spambots geschützt! Zur Anzeige muss JavaScript eingeschaltet sein!

pour la somme de 30,00 € sans frais d’expédition

KZ-Gedenkstätte Dachau “Dachauer Hefte”

Kz Dachau 1933 – 1945”

 

Nie wieder

Never again

Plus jamais