Typhus

TyphusDachauNaessPage du journal du détenu Jon Sølvberg, 11 février 1945 :
« Nous voici quasiment à la mi février, et je suis toujours ici dans cette tente. C'est effrayant ici à Dachau maintenant. Le typhus et la fièvre typhoïde font rage, c'est l'horreur. Beaucoup de Norvégiens sont décédés, beaucoup mourront probablement encore. Nous sommes maintenant environ 160 personnes ici.



TyphusDachauNaess
Image :Rudolf Næss

Les baraques du côté est ont toutes des barreaux, plus le block 30. Ici, ils tombent comme des mouches, jusqu'à 35 personnes par jour. Oui c'est vraiment incroyable. Ullman aussi est mort. C'est triste, je lui ai parlé il y a deux jours, lorsqu'il était sur le chemin de l'infirmerie, pour un éclatement du tympan. C'était sans doute devenu une encéphalite. Le soir, il allait bien, et le lendemain il était mort, c'est allé très vite. Ça va très vite avec tout le monde. Je me demande combien de temps je vais arriver à rester en vie ? C'est moi l'heureux, qui vis ici dans la tente, et qui est si peu en contact avec les autres... pourtant un simple pou suffirait. Jour après jour, ils conduisaient, camion par camion, avec des piles de corps. Ils sont là couchés, des corps nus, ce ne sont même pas des corps mais des os recouverts de cuir, avec des bras, des têtes, des jambes qui pendent des bords du camion. La bouche ouverte, la langue sortie, les yeux fixant le vide comme s'ils demandaient pourquoi ? Pourquoi devrais-je mourir exactement ? Pourquoi ne pourrai-je pas vivre comme les autres ? Qui est si puissant qu'il peut me retirer le droit de vivre ? Ne suis-je pas un être humain ? Non, mon ami, tu n'es pas un être humain, nous ne sommes pas des êtres humains à l'intérieur de ces grillages. Nous sommes des prisonniers, Häftlinge, sans droit ni demande, destinés à périr dans notre propre crasse, séparés de l'humanité, des machines de travail qu'on peut utiliser tant que nécessaire – et après ? Qu'est-ce qu'on fait avec les déchets ? Notre traces disparaîtront sur le tas d'ordures. Les choses qui n'ont pas de valeur ne valent pas la peine d'être ramassées ! Dans combien de temps te retrouveras-tu toi-même sur le wagon et regarderas-tu ébahi le ciel ? Sic transit gloria mundi »

Ullmann, Halfdan Andreas, enseignant universitaire, Lieutenant Colonel, Trondheim, né le 05.08.1883. Arrêté 11.03.43, transféré à Vollan, transféré à Falstad, transféré à Grini, transféré à Natzweiler, n° 20267, transféré à Dachau, mort le 25.01.1945. Il était le grand-père de l'actrice Liv Ullmann.