Dachau : 1933 – 1945

 

Camp de Concentration Nazi
Ort des Terrors
Lieu de mémoire

Prisoners barracks dachau publicdomain klein

 

 

 

Pourqoi ?

 

 

 

 

 

Durant la période où le régime nazi dominait en Allemagne et sur l’Europe, les camps de concentration et ceux d’extermination ont été nombreux, répartis sur l’ensemble du Reich et des territoires occupés. Organisés sur un modèle, ils mettaient en oeuvre deus objectifs distincts: la répression de toutes les oppositions ainsi que l’élimination des Juifs et des Tziganes.

Le devoir de vigilance, qui doit nécessairement accompagner de Devoir de Mémoire, nous impose le souvenir de ces deux atrocités.

Parallèlement à l’extermination pour raisons ethniques dans les camps ‘d’extermination, la politique du Führer a consisté à éradiquer les différentes formes d’hostilité à son regime par l’organisation et la mise en oeuvre d’une vaste structure de repression dans les camps deconcentration. Le décret de décembre 1941 a ordonné la deportation et la disparition, dans le secret absolu, de tous les ennemis ou oppasants au Reich dans le cadre des dispositions dites

“Nacht und Nebel” (Nuit et Brouillard). Il a été un element fort de cette repression contre toute velléité de résistance ou d’opposition de la population allemande et des pays occupés.

Ces camps de la mort lente et progammée ont regroupé des millions de détenus qui furent executes, éliminés, tortures, exploités, affamés, déshumanisés. Les dirigeants de ces camps ont mis en place une organisation dont la finalité était la destruction de toute identité, l’épuisement, la mort par le travail et la dénutration calculée. La survie des détenus se faisait au jour le jour, dans la peur et l’angoisse, face aux brutalités des gardiens et de leur pouvoir de vie ou de mort immediate.

Dachau est incontestablement le symbole des crimes contre l’Humanité commis dans les camps de concentration. Ses spécificités en font le lieu mondial de la Mémoire de la Déportation des Résistants au nazisme dans l’Eorope entière.

 

 

 

 

Dachau : un symbole

 

 

 

 

Plusieurs spécificités distinguent Dachau, symbole des crimes contre l’Humanité, de l’univers concentrationnaire :

 

La durée :

Dachau fut le premier camp de concentration d’Etat du Reich. Le 21/3/1933 HeinrichHimmler (Reichsführer SS) publia sur l’ordre direct de Adolf Hitler (Führer) un communiqué de presse qui annonce l’ouverture d’un camp modèle à Dachau. Le 22/3/1933, les premiers prisonniers, de nationalité allemande, au nombre d’une soixantaine, commençaient leur captivité au camp, un mois seulement après l’élection d’ Hitler à la tête de gouvernement allemand (avec 53 % des voix du peuple allemand)

Dachau fut l’avant dernier camp libéré, le 29/4/1945, jour de la mort d’Hitler, par les Américains.

 

Le camp “modèle”:

Dachau devint la reference, le modèle, l’école du crime SS, formant à “ die Schule derGewalt” (l’Ecole de la Violence) les futurs cadres et gardiens ( Aumeier – Baer – Fritzsch – Höss – Hofmann - Koegel – Loritz – Trenkle - Weiss …). Il servit de prototype pour les 1650 camps de concentration et d’extermination ultérieurs (infrastructure, organisation, fonctionnement, formation, etc..) (“Modells Dachau” par Theodor Eicke – Inspekteur der Konzentrationslager)

 

Les expérimentations :

Dachau fut le camp d’expérimentations des méthodes d’extermination sur les enfants déficients, malades mentaux, grabatoires (Aktion T4), dont les “médecins” furent mutés par la suite dans les camps d’extermination des Juifs et des Tziganes.

Dachau n’échappa pas à la conduite d’expériences pseudo-médicales dans les domaines suivants : injections de la malaria et de la tuberculos, hypoxie d’altitude..

Le Dr Rascher, médecin de la Luftwaffe, protégé de Himmler, pratiqua des experiences sur les effets de l’hypothermie par bains d’eau glacée: 200 détenus furent l’objet de ces expériences, 80 en moururent. Des essais tentant de rendre potable l’eau de mer furent très mal supportés par les victimes, qui souffraient d’une soif inextinguible.

La détentation de multiples opposants :

Dachau fut d’abord un camp destine à incarcérer les opposants allemands au regime nazi (hommes politiques, intellectuels, militaires…) puis rassembla des représentants de l’Europe et du monde, de 38 nationalités différentes.

Dachau a acceuilli plus de 200000 détenus venus de toute l’Europe, dont 84738 après le 20 juin 1944 ; au moins 41500 d’entre eux moururent au camp et 160000 autres furent marquees à vie par les tortures, le travail force et l’avilissement.

Dachau, initalement conçu pour une capacité de 5000 détenus, affichait une population permanente de 35000 détenus, au prix d’une degradation extrême des conditions de vie.

Les prisonniers couchaient tête bêche sur des châlits aux paillasses de 80 cm de large. La nourriture fut réduite à des rations de famine .

Dachau, camp central, comptabilisait 35000 détenus “permanents”. Outre ces prisonniers figuraient dans la comtabilité quelque 40000 déportés répartis en 183 Kommandos extérieurs (Allach – Augsburg - Kaufering - Mühldorf - Überlingen…) Le réseau de ces sous-camps, les uns permanents , les autres temporaires, était dédié à des tâches précises telles la construction d’aérodromes, le déblaiement de Munich suite aux bombardements intenses par les Alliés, constructions d’usines d’armement souterraine, construction de bunkers, réparations d’avions de chasse…

Dachau compta un grand nombre de prêtres catholiques allemands et étrangers, détenus en raison de leur hostilité au nazisme (Pfarrerblock) . 2771 religieux furent comptabilisés à Dachau, 700 y moururent, 300 disparurent.

 

 

 


 

 

La triste célébrité des horreurs :

Dachau fut le lieu de pendaisons, d’assassinats des détenus inaptes au travail, d’exécution systématiques, dont celle de plus de 4000 prisonniers de guerre soviétiques à Hebertshausen, etc…

Dachau enferma 583 homosexuels et nombre d’entre eux furent émasculés.

Dachau était équipé de quatre fours crématoires . Les corps y étaient brûles de jour comme de nuit . Quand la mortalité dépassait les capacités des fours, notamment durant l’épidémie de typhus, les corps des détenus étaient jetés ou entassés pêle-mêle dans d’immenses fosses avoisinantes, comme celle de Leitenberg avec plus de 7700 cadavres.

Une chambre à gaz fut installée dans le camp mais ne fut jamais mise en fonctionnement (point de discussion, de doute).

Dachau connut une épidémie de typhus en décembre 1944, transformant le camp en enfer, faute de mesures d’isolement. Une hétacombe s’en suivit. Décembre 44 : 1915 décès. Janvier 45 : 2888 . Février ; 3977 . Mars 45 : 3668 ; Avril 45 : 2625 .

Ce qui se passait dans ce block 30 (le Block Typhus) défie toute description. Les SS avaient décidé de laisser mourir les habitants de “mort naturelle”. On leur donnait une soupe encore moins épaisse, leurs manteaux et chandails leurs furent enlevés et meme leurs couvertures. Ils étaient couches à cinq dans deux lits accotés. En décembre un SS trouvait l’atmosphère irrespirable et fit enlever les fenêtres, ce qui provoqua chez ces malheureux des bronchitis, des pleurésies, des broncho-pneumonies . En définitive, écrit Mgr Neuhauser, ce qui s’est déroulé à partit du fin 1944 à Dachau constitua une des plus effroyables tragedies de l’histoire de tous les camps de concentration “

Dachau compta entre le 22/3/1933 et le 29/4/1945 32000 décès. Plus de 200000 hommes et femmes ont passé par Dachau

 

 


 

 

 

Les SS :

La “garde “ militaire pour l’ensemble du camp, y compris les ateliers, les casernes et l’administration directe des détenus, représentait 3608 SS. Ce chiffre précis figurait dans le carnet de dernier commandant du camp, six jour savant la liberation .

La liberation :

Dachau fut libéré le 29/4/1945 . Il est 17h15 quand trois jeeps de la 7e Armée US entrent dans le camp . Les libérateurs sont acclamés . Mais ils côtoient des monceaux de cadavres .

Ils découvrent le “Todeszug”( train de la mort) venant de Buchenwald dont les images sont connus par le monde entier .

Découvrant l’horreur des camps, le general Eisenhower, commandant en chef des armées allies, déclara à ses troupes : “Maintenant vous savez pourquoi vous vous avez battu “ .

 

L’armée américaine libérait ce jour-là plus de 30000 détenus du camp principal et plus de

37000 détenus des Sonderkommandos

 

Les témoignages :

Dachau fut le camp où, afin de conserver des preuves et de témoigner de la réalité des souffrances infligées, les détenus se regroupèrent et s’organisèrent avant meme leur liberation dans le Comité International des Détenus, devenu par la suite Comité International de Dachau (CID)

Dachau fut filmé dès sa libération avec des moyens cinématographiques qui authentifient l’horreur découverte. Posséder des témoignages aussi importantes d’une période historique, aussi sombre soit-elle, constitue aujourd’hui un atout pour l’action memorielle .

Dachau , parallèlement au Nürenberg pour les hauts resonsables Nazis, est la ville, où furent jugés et condamnés en 489 procès les responsables des camps de concentration “pour avoir, dans la poursuite d’un but collectif, perpétré les actes criminels suivants : atrocités, sévices corporels y compris homicide, bastonnades, tortures, mort par affamation, actes de violence et humilations”

Dachau et ses horreurs fut décrit dans de nombreux livres :

Zamecnik Stanislav “C’était ça Dachau”

À obtenir chez Roger de Taevernier – Lichtaartseweg 202 – 2200 Herentals

Diese E-Mail-Adresse ist vor Spambots geschützt! Zur Anzeige muss JavaScript eingeschaltet sein!

pour la somme de 30,00 € sans frais d’expédition

KZ-Gedenkstätte Dachau “Dachauer Hefte”

Kz Dachau 1933 – 1945”

 

Nie wieder

Never again

Plus jamais